Après les travaux agricoles il faut s'occuper des bêtes comme on dit.
Le chien bien évidemment mange avant son maître mais chez moi il y a aussi les grives.
Et oui ces chers turdidés Oiseaux passériformes insectivores font l'objet d'une grande attention.
Comme nous sommes au printemps les mâles chantent en volières.
C'est le moment de les repérer et de les sélectionner.
Il y a des méthodes cliniques pour le faire mais c'est beaucoup plus passionnant de les écouter et de les espionner.
Vous me direz mais comment faire pour les reconnaître car elles sont toutes identiques ?
Ma technique est simple je les bague différemment (couleurs).
Il va s'en dire qu'il ne faut pas cinquante grives à surveiller mais une vingtaine c'est faisable.
Une fois trouvées transformez les en ramageuses .
J'ai ma méthode qui fonctionne bien et elle me suffit pour offrir quelques brochettes à mes amis car il ne faut surtout pas oublier que la quintessence de la chasse c'est de se retrouver autour d'une bonne table entre convives à déguster des mets de qualité en narrant nos histoires de chasse comme dans les contes de la bécasse de Maupassant (un peu de culture ne fait pas de mal dans ce monde de rustre).
J'allais trébucher : il ne faut pas oublier le vin , élixir de jouvence, surtout celui des côtes de Provence à ce titre il faut faire très attention aux vins que l'on associe aux gibiers car un gibier et un vin évoluent dans un terroir et ils vont souvent de pair à table.
Plongé dans mes rêves de chasse j'oublie la raison de cet article la conception de la volière.


Voici comment j'ai organisé mon installation afin que les grives aient un maximum de confort, il faut absolument de l'espace premièrement, ensuite des branches d'arbres morts pour qu'elles puissent se poser en hauteur et ne pas avoir constamment les pattes dans leurs excréments, puis de l'eau propre à profusion pour qu'elles se désaltèrent mais aussi se lavent.
Il faut faire très attention à créer plusieurs points d'eau (surtout pas profonds car elles se noient) car bien souvent il y a des dominantes qui peuvent empêcher leurs congénères de s'alimenter faire de même pour la nourriture.

Grive siffleuse mâle en train de ramager++ : photo réalisée avec un appareil à télécommande. Celui-ci étant reglé sur une branche bien précise sur laquelle a pour habitude de s'envoyer ce mâle . Les ramageuses__ ont des habitudes et au poste c'est pareil. Donc à vous d'en tirer les conclusions.



Photo_108.jpg

Photo_106.jpg ramageur.jpg siffleuse.jpg Photo_096.jpg