Traditions-Campagne.com

ChasseLes grives › Techniques/appeaux/ramageuses

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi, 19 octobre 2009

Passage de grives

Ca y est nous voilà en plein passage, il a débuté sérieusement il y a une semaine, j'entends par là qu'une quantité considérable de grives se sont déplacées. Il y a surtout des chiqueuses peu de merles pour l'instant. J'espère que vos ramageuses sont au point car c'est maintenant qu'il faut qu'elles vous aident. N'oubliez pas de les mettre assez hautes sur les arbres juste au dessus des verguettes pour le vif. Je pense que je vais démarrer un forum sur le passage des grives et des bécasses afin que la plupart des chasseurs intéréssés puissent avoir une vision globale du passage (pour cela il faudra indiquer votre lieu de chasse pas précisemment mais juste un secteur large par exemple fox amphoux, varage pour avoir les couloirs de migration). Je ne sais pas si vous vous êtres posé la question mais il me semble que les vents sont d'une importance capitale et la semaine dernière ils ont joué plus d'un tour à certains cabaniers qui ce sont étonnés de ne prélever que quelques grives alors qu'à un kilomètre aux alentours c'était le ball-trap : affaire à suivre sur le futur forum. Au fait j'ai entendu parler de bécasses sur la côte une par ci par là, cela sent bon l'automne. Je vais également mettre des photos de mes povadous et des verguettes pour que nous échangions nos techniques. Il faut que vous arriviez à constituer ce que l'on appèlle une chilière emplacement constitué de plusieurs verguettes où les grives se posent volontier se sentant en sécurité. Il va de soi que vous ne la trouverez pas la première année mais avec un peu de nez et d'habitude on sent les endroits c'est beaucoup à l'instinct l'e lieu vous parle il faut surtout qu'il y ait des petis couloirs les grives les affectionnent et au bout vos verguettes.

mercredi, 27 mai 2009

Passage au noir des grives

Ca y est depuis le 1er mai les grives sont au noir comme on dit, il ne faut plus de lumière jusqu'à fin août. Il faut leur donner des aliments sous vitaminés pour qu'elles ne s'excitent pas ainsi qu'une pâtée avec du genièvre (il faut reproduire la nourriture d'hiver qui n'est pas évidente à trouver pour ces oiseaux). Surtout ne les dérangez pas trop il faut qu'elles soient très calmes, mettez deux gobelets dans les cages comme cela vous rentrerez moins souvent dans la volières une à deux fois par semaine. Quand vous allez inspecter votre installation utilisez une lampe frontale avec des leds rouges, c'est moins agressifs. La lumière agit sur l'hypophyse des oiseaux et stimule le chant donc quand elles sont comme on dit au noir il ne faut pas les perturber. La température est très importante maximum 20° C. L'hygiène de votre volière doit être irréprochable pour que les grives futures ramageuses soient conservées dans des conditions optimales.

jeudi, 2 avril 2009

Conception de la volière



Après les travaux agricoles il faut s'occuper des bêtes comme on dit.
Le chien bien évidemment mange avant son maître mais chez moi il y a aussi les grives.
Et oui ces chers turdidés Oiseaux passériformes insectivores font l'objet d'une grande attention.
Comme nous sommes au printemps les mâles chantent en volières.
C'est le moment de les repérer et de les sélectionner.
Il y a des méthodes cliniques pour le faire mais c'est beaucoup plus passionnant de les écouter et de les espionner.
Vous me direz mais comment faire pour les reconnaître car elles sont toutes identiques ?
Ma technique est simple je les bague différemment (couleurs).
Il va s'en dire qu'il ne faut pas cinquante grives à surveiller mais une vingtaine c'est faisable.
Une fois trouvées transformez les en ramageuses .
J'ai ma méthode qui fonctionne bien et elle me suffit pour offrir quelques brochettes à mes amis car il ne faut surtout pas oublier que la quintessence de la chasse c'est de se retrouver autour d'une bonne table entre convives à déguster des mets de qualité en narrant nos histoires de chasse comme dans les contes de la bécasse de Maupassant (un peu de culture ne fait pas de mal dans ce monde de rustre).
J'allais trébucher : il ne faut pas oublier le vin , élixir de jouvence, surtout celui des côtes de Provence à ce titre il faut faire très attention aux vins que l'on associe aux gibiers car un gibier et un vin évoluent dans un terroir et ils vont souvent de pair à table.
Plongé dans mes rêves de chasse j'oublie la raison de cet article la conception de la volière.


Voici comment j'ai organisé mon installation afin que les grives aient un maximum de confort, il faut absolument de l'espace premièrement, ensuite des branches d'arbres morts pour qu'elles puissent se poser en hauteur et ne pas avoir constamment les pattes dans leurs excréments, puis de l'eau propre à profusion pour qu'elles se désaltèrent mais aussi se lavent.
Il faut faire très attention à créer plusieurs points d'eau (surtout pas profonds car elles se noient) car bien souvent il y a des dominantes qui peuvent empêcher leurs congénères de s'alimenter faire de même pour la nourriture.

Grive siffleuse mâle en train de ramager++ : photo réalisée avec un appareil à télécommande. Celui-ci étant reglé sur une branche bien précise sur laquelle a pour habitude de s'envoyer ce mâle . Les ramageuses__ ont des habitudes et au poste c'est pareil. Donc à vous d'en tirer les conclusions.



Photo_108.jpg

Photo_106.jpg ramageur.jpg siffleuse.jpg Photo_096.jpg